Tout Sur Les Reptiles
 
AccueilAccueil  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 LA PEPINIERE BAMBOU HOUZEAUANA

Aller en bas 
AuteurMessage
ImPeRaToR CoNsTrIcToR 54
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 31
Localisation : Nancy city
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: LA PEPINIERE BAMBOU HOUZEAUANA   Jeu 13 Déc - 21:51

LA PEPINIERE BAMBOU HOUZEAUANA


La pépinière BAMBOU HOUZEAUANA située à NOIRCHAIN (FRAMERIES), près de MONS, tire son nom d’un homme qui a consacré une bonne partie de sa vie à la botanique et plus particulièrement à l’étude des bambous.

Jean HOUZEAU de LEHAIE fut l’un de ceux qui, dès la fin du 19 éme siècle , explora le monde et ramena des contrées lointaines une multitude de spécimens de bambous mais aussi d’orchidées qui fit le bonheur de nombreux amateurs de plantes rares.

Il fut à l’origine de la publication d’un bulletin périodique consacré à l’étude et à la culture du bambou pendant la première décennie du siècle dernier.
Au Domaine de l’ Ermittage à Mons, il planta une bambouseraie de plusieurs dizaines d’espèces rustiques. Malheureusement, la guerre détruisit en grande partie sa collection. La bambouseraie (ou bambousaie) qui survit encore à ce jour n’est guère plus constituée que de quelques espèces formant d’immenses touffes âgées donc de plus d'un siècle.

La pépinière BAMBOU HOUZEAUANA est un hommage à cet homme, un signe de reconnaissance que son fondateur Michel CHARLOT adresse à celui qui, il y a plus de 100 ans, fut l’un des plus grands spécialistes de l’étude des bambous au monde et dont les écrits restent encore à ce jour parmi les plus intéressants qui soient pour découvrir cette plante fantastique.

Quelques mots sur les bambous

Le bambou appartient à la famille des graminées, comme l’herbe ou le blé. Il est constitué d’une partie aérienne : la tige, aussi appelée chaume, les branches et les feuilles ; une partie souterraine : le rhizome et les racines.

La tige sort du sol à partir du mois d’avril - mai et atteint sa taille définitive après environ deux à trois mois. La grosseur de la tige est déterminée dès sa sortie de terre. Contrairement aux arbres donc, la tige de bambou ne grandira plus ni ne grossira.

Par contre, les branches qui portent les feuilles se ramifieront d’année en année, donnant à la touffe cet aspect de masse qu’on lui connaît. Chaque année, la plupart des nouvelles tiges sortiront plus grosses et seront plus hautes jusqu'à ce que le bambou ait atteint sa pleine maturité.
Les feuilles du bambou sont persistantes, bien que chez certaines espèces celles-ci se renouvellent annuellement. Voilà une caractéristique qui ne manque pas d’intérêt ! Quelque soit la période de l’année, on peut admirer la volupté de son feuillage, ses ondulations tantôt douces, tantôt battantes aux vents, ruisselant sous la pluie ou alourdi par la neige qui s’y dépose doucement.

Le bambou donne vie au jardin aux jours les plus sombres et les plus froids de nos hivers, offrant en plus cette vision d’exotisme qui suscite déjà en nous le retour du printemps.

La plupart des espèces vendues chez nous sont rustiques et résistent à des températures inférieures à moins 20 degrés. Sauf en cas de vents froids persistants et intenses , le bambou ne souffre pas de l’hiver. Il faut veiller néanmoins à arroser les bambous restés en pot dès que le temps se radoucit.
Il ne faut pas donner crédit à ceux qui prétendent que le bambou est une plante tellement envahissante qu’il est dangereux de le planter dans un espace réduit, un petit jardin, par exemple. Sachez qu’il existe des variétés dites cespiteuses c’est-à-dire qui poussent en touffes serrées. Ce sont en général de petits bambous ne dépassant guère 2 à 3 mètres de hauteur. Ils peuvent être plantés dans une plate bande herbacée sans danger pour les autres plantes, à condition de lui laisser quand même de l’espace pour se développer.

Les variétés dites traçantes sont plus envahissantes il est vrai puisque les rhizomes peuvent parfois parcourir plusieurs mètres sous terre avant qu’une tige n’apparaisse. Il est cependant facile de les contenir : une petite tranchée de 20 cm de profondeur et de large autour d’un espace qui délimitera l’emplacement souhaité suffit. Les rhizomes qui s’y aventureront seront sectionnés à la bêche avant qu’ils n’aient pu envahir les environs. Mais le placement d’une barrière anti-rhizome à la plantation ( toujours recommandée à proximité d’une pièce d’eau) donnera de bons résultats aussi. Plus simple encore, couper ou écraser la jeune tige (turion) lorsqu’elle apparaît sortant du sol. A proximité d'une pelouse, les tontes successives suffisent à décourager les rhizomes à prospérer.

Il y a des bambous de toutes les tailles allant de 20 centimètres à plus de 25 mètres. Des tiges de quelques millimètres d’épaisseur à celles de plus de 20 centimètres et plus de diamètre. En Belgique, la hauteur maximale est de 14 mètres avec des tiges de 6 à 7 centimètres de diamètre, pour certaines variétés de bambous géants.

Les couleurs des tiges varient selon les espèces : tantôt vertes, foncées ou claires, tantôt jaunes ou jaunes et vertes ou vice-verça, il y a le choix en fonction de l’esthétique qui est recherchée ou tout simplement de l’attrait de la couleur qui contraste avec l’environnement qui domine.

Le feuillage offre généralement une palette de couleurs vertes assez riche, parfois marginé de lignes blanches ou jaunes. Selon les espèces, la dimension des feuilles va de quelques centimètres de long à plus de 50 centimètres.
Le bambou n’est pas une plante aquatique, sauf quelques rares espèces. Les pieds dans l’eau, il meurt par étouffement. Il demande cependant une humidité relative du sol pour bien se développer, surtout en été. Un amendement du sol deux fois l’an avec un engrais type engrais gazon lui apportera les éléments nutritifs qui l’aideront à bien se développer. Les bambous s’adaptent à tous les types de sol. Il est recommandé d'alléger les sols lourds (argileux) et de prévoir un bon drainage.

Ils ne demandent aucun entretien particulier et ne connaissent quasiment pas de maladie. C’est donc une plante facile.

On l’utilise en touffe isolée, en bosquet, en haie, en brise-vent ou brise-vue. Il peut être cultivé en pot ou jardinière sur une terrasse ou un balcon.




_________________




2 male PYTHON reguis
1 male BOA constrictor impertor
1 couple AGAMA laudakia stellio
1 femelle GERRHOSAURUS major
1 male hyla cinerea
1 tortue florida
1 smithi
35 rats

Mon Forum : http://reptile.forumperso.com
MON SKYBLOG www.reptile54520.skyblog.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reptiles-snake.forumpro.fr
 
LA PEPINIERE BAMBOU HOUZEAUANA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bambou otatea
» Phyllostachys edulis (Bambou moso)
» Bambusa vulgaris striata
» Ptychosperma macarthurii , palmier de Mac Arthur , palmier bambou ...
» Lucky Bambou ou Canne chinoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R3ptile Passion :: Sections Terrariophiles :: Plantes & biotopes-
Sauter vers: